Triez les actualités par

comment enlever les rides du front et les rides de la patte d'oie

La toxine botulique (botox ®) traite les rides d’expression qui sont liées aux contractions des muscles.

 

Quelles rides peuvent être traitées par la toxine botulique (botox ®) ?

 

Les mimiques du visage sont créées par la contraction des muscles du visage, qui provoque à terme des rides d’expression. Les meilleures indications du traitement par la toxine botulique (botox ®) sont les rides horizontales du front, les rides du lion (rides du froncement des sourcils, rides verticales, inter-sourcilières ou glabellaires) situées entre les deux yeux, et les rides de la patte d’oie, au coin des yeux.

Le muscle affaibli et relaxé par la toxine botulique (botox ®) se contracte moins, stoppant ainsi l’évolution des rides d’expression. C’est ainsi que le traitement par la toxine botulique prévient la formation des rides. Il est important, lors de l’injection de la toxine botulique (botox ®) de respecter les muscles qui permettent de relever les paupières, ainsi que les muscles qui permettent l’expression des sentiments pour conserver un visage expressif.

L’utilisation de la toxine botulique (botox ®)dans le traitement des rides du pourtour de la bouche est plus délicat car les muscles de cette région sont nécessaires pour parler et s’alimenter. Les injection de toxine botulique (botox ®) sont donc plutôt déconseillées autour de la bouche.

 

 

Les rides du lion : rides entre les sourcils sont améliorées par le botox

 

Les rides du lion ou rides de la glabelle

Ces rides sont également appelées rides glabellaires, car elles sont situées au niveau de la zone anatomique de la glabelle. Ces rides sont liées à la contraction d’un muscle, le corrugateur / corrugator.

 

Les rides du lion peuvent apparaître tôt

Ce sont des rides verticales, plutôt courtes. Elles apparaissent souvent dans la trentaine, mais certain(e)s patient(e)s au visage très expressif expliquent les avoir remarquées dès la fin de l’adolescence.

 

Le froncement des sourcils et les rides du lion

Ce sont les rides qui apparaissent quand on réalise le mouvement volontaire de froncer les sourcils. Ce qui explique que la présence permanente de ces rides donne au visage un air sévère, songeur, soucieux ou renfrogné. Ces rides peuvent également être accentuées lors d’une exposition à un soleil trop fort. Les patient(e)s se plaignent alors de remarquer que le bronzage de leur front n’est pas uniforme, avec des marques blanches non bronzées au niveau de ces fameuses rides !

 

Les rides du lion et le muscle corrugator

Le muscle corrugator, à l’origine des rides du lion, est un muscle épais et puissant. Il est possible de ne pas remarquer d’effet, avec persistance de sa contraction et donc des rides, si la quantité de toxine n’a pas été suffisante. Chez les hommes, les quantités de toxines botuliques (nombre d’unités de toxine botulique) doit être bien supérieure aux quantités utilisées chez la femme, sous peine de ne voir aucune différence.

 

Technique d’injection de la toxine botulique dans les rides du lion

En général, il est nécessaire de réaliser entre 3 et 5 points d’injection pour obtenir un joli relâchement du muscle corrugator, et un effacement des rides glabellaires.

 

 

 

 

Les rides de la patte d’oie : les rides au coin des yeux disparaissent avec la toxine botulique

 

Les rides de la patte d’oie: les rides du coin des yeux

Les rides de la patte d’oie, ou « crows feet lines », sont les fines rides ou ridules qui apparaissent aux coins externes des yeux. Ces petites rides sont présente dès la fin de l’adolescence, au sourire spontané, et donne une belle expression au visage. Mais avec le temps, et notamment les expositions au soleil qui obligent à plisser les yeux, ces petites rides deviennent de plus en plus nombreuses, de plus en plus profonde, et de plus en plus permanentes. A l’extrême, le maquillage devient difficile et compliqué, car les cosmétiques ont tendance à filer dans les plis des rides.

 

Les rides de la patte d’oie: les rides du sourire

L’injection de toxine botulique est donc indiqué lorsque les rides de la patte d’oie sont présentes au repos, ou lorsqu’elle sont présentes de façon trop nombreuse et accentuée au sourire notamment.

 

Les rides de la patte d’oie sont liées à la contraction du muscle orbiculaire des paupières, ou orbicularis occuli. Le muscle orbicularis occuli est le muscle qui se contracte pour fermer les yeux et les paupières. Mais ce muscle étant très étendu, il est possible de relâcher sélectivement sa partie externe, grâce à la toxine botulique, tout en conservant son effet sur la fermeture des yeux.

 

Le muscle orbicularis occuli ou muscle orbiculaire des paupières, entraîne parfois dans sa contraction la queue du sourcil vers le bas. L’injection de toxine botulique, en relâchant le muscle orbicularis occuli, permet de faire « remonter » la queue du sourcil, et donc d’ouvrir le regard.

 

Bien que la peau des paupières soit une peau très fine, le muscle orbiculaire des paupières est un muscle relativement puissant, et étendu, et sa mise au repos nécessite plusieurs injections, de chaque côté pour un résultat symétrique. En général, le médecin réalise trois injection de chaque côté, situées en externe sur le rebord de l’orbite.

 

 

 

Les rides du front : les rides frontales, ou rides horizontales du front sont corrigées par la toxine

 

Les rides frontales, ou rides du front, sont des rides horizontales, qui parcourent le front de part en part. Ces rides sont accentuées lorsque le/la patient(e) hausse les sourcils.

 

C’est le muscle frontal qui est à l’origine de ces rides. Le muscle frontal est le muscle qui fait remonter les sourcils en se contractant. Ce muscle est très étendu, puisqu’il recouvre toute la surface du front (sous la peau).

 

Certaines personnes, très expressives, mobilisent leurs sourcils lorsqu’elles parlent. Cette attitude charmante aboutit, au fur et à mesure des années, à l’impression permanente des rides frontales sur le front. L’injection de toxine botulique permet à ces personnes de garder leur expression en parlant, mais en diminuant considérablement l’amplitude du mouvement de leur sourcils. Le front n’est absolument pas figé, mais ces rides disgracieuses ne viennent plus parasiter leur visage.

 

Chez d’autres personnes, les sourcils ayant tendance à tomber, elles sont en permanence en train de contracter leur muscle frontal pour faire remonter leurs sourcils. Ils est donc déconseillé d’injecter de la toxine botulique, à moins d’en avoir clairement discuté avec le/la patient(e) : en effet, après avoir injecté de la toxine dans le front de ces patient(e)s, ces dernier(e)s peuvent ressentir une sensation de position inhabituelle de leurs sourcils, ce qui, même si cela est souvent invisible, peut les déranger. Un des objectifs de la consultation préalable à l’injection de toxine botulique, qui doit être réalisée par un médecin ayant l’habitude de rechercher ce genre de terrains, est de dépister les patients ayant des fronts très musclés avec des sourcils très bas. Si l’injection de toxine botulique n’est pas formellement contre indiquée dans ces cas-là, le médecin doit néanmoins être très prudent, et éventuellement réaliser l’injection de toxine botulique de façon progressive, en plusieurs fois, en injectant bien haut sur le front. Heureusement, l’effet de la toxine botulique étant transitoire (entre 4 et 8 mois), même si le patient est gêné par le résultat, celui ci finira toujours par disparaître.

 

L’injection de toxine botulique dans le front doit couvrir toute la surface du front. Le muscle frontal est un muscle moins épais que le muscle corrugator par exemple. C’est la raison pour laquelle le traitement du front par la toxine botulique nécessite de réaliser plusieurs points d’injection, mais avec moins de toxine que pour les rides de la patte d’oie ou les rides du lion.